radiographie d'un bras

Histoire, technologie et valeur de rachat des radiographies

Astuce Société

Rachat de vieilles radiographies, combien peut-on vraiment gagner ?

De nos jours, presque tout le monde a déjà été faire un examen radiologique, une radiographie ou un scanner, de cet examen en résulte un cliché radiologique. Mais que faire de ce cliché médical après de longues années ? Cet article vous explique que faire pour vous en débarrasser en toute sécurité.

Qu’est-ce qu’un cliché radiologique ?

Un cliché radiologique ou également appelé radiographie est le résultat de l’image obtenue après une radiographie ou un scanner.

Il existe deux types de clichés, les films radiographiques argentiques et les radiographies numériques. Quelle est leur différence ? L’un est photosensible et nécessite un développement chimique, tandis que l’autre est directement numérique.

Les films radiographiques argentiques ont été développés à partir de films photographiques, ils sont utilisés depuis la création de la radiologie. Le film est composé d’un support semi-rigide en plastique allant de 0,17 à 0,18mm d’épaisseur sur lequel est déposé une émulsion argentique photosensible à base de sels d’argent et de gélatine d’une épaisseur de 0,01 à 0,02mm.

Les radiographies numériques sont apparues bien plus tard avec le développement des techniques d’imagerie numérique, elles ont commencé à remplacer les films argentiques au début des années 2000. Ces radiographies n’ont plus besoin d’un développement par procédé chimique pour être révélées. Le cliché est directement numérique et s’affiche sur l’ordinateur, cependant, il peut être imprimé, pour cela un laser l’imprime sur un support plastique qui ne contient pas ou très peu de sels d’argent.

La radiologie

La radiologie est l’ensemble des modalités diagnostiques et thérapeutiques utilisant les rayons X comme technique d’imagerie. Elle concerne la radiologie conventionnelle (la radiographie), la mammographie et le scanner. Pour plus de clarté, la radiographie est également le nom donné au cliché issu de ces examens. Les examens radiologiques peuvent être effectués dans les hôpitaux, les cabinets de radiologie ou chez les chirurgiens-dentistes.

Dans la radiographie conventionnelle, des différences existent lors de la prise du cliché. Pour la radiologie conventionnelle et la mammographie, la source d’émission des rayons X est fixe, mais les quantités de rayonnement diffèrent. Pour le scanner cette source se déplace autour du patient permettant d’obtenir une représentation des organes en 3 dimensions, le scanner équivaut donc à plusieurs radiographies combinées ce qui augmente la dose de rayonnement reçu.

Un peu d’histoire

Les rayons X ont été découverts en 1895 par Wilhelm Röntgen lorsqu’il effectuait des expériences sur les rayons cathodiques. Il se rendit compte qu’en fonction de la densité de la matière les rayons la traversaient plus ou moins pour atteindre la plaque photographique. La radiographie était née. Cette découverte lui vaudra le prix Nobel de physique, et permettra l’amélioration des diagnostics et de mieux comprendre le fonctionnement du corps humain. En France, pendant la Première Guerre mondiale, Marie Curie développa massivement l’utilisation des rayons X.

Dans les décennies qui suivirent la radiographie devint de plus en plus accessible et de nouveaux progrès vinrent la rendre plus efficace, comme le scanner en 1972 et les radiographies numériques en 1982.

Dans un premier temps les rayons X restèrent cantonnés à un rôle médical, puis d’autres secteurs trouvèrent une réelle utilité à ce mode non-destructif d’imagerie. De nos jours les rayons X sont présents dans la sécurité pour contrôler les personnes et les marchandises, et dans l’industrie pour effectuer un contrôle qualité non-destructif.

Formation de l’image radiographique

Les rayons X sont des ondes électromagnétiques ionisantes capables de traverser la matière, en fonction de la matière et de son épaisseur les ondes seront plus ou moins affaiblies permettant d’obtenir des contrastes. Les os sont très opaques et laissent passer peu de rayonnement, alors qu’au contraire, les tissus mous en laissent passer plus.

L’exposition aux rayons X peut être dangereuse, en effet une forte dose ou une exposition prolongée et répétée dans des délais courts risquent de provoquer des brûlures dans l’organisme et des cancers.

Le film radiographique est placé derrière le patient, il recevra les rayonnements diffusés par un tube à rayons X. Le film reçoit les rayons X qui ont traversé le patient, les zones les plus irradiées apparaitront opaques à la lumière, ce sont celles qui contiennent le plus de sels d’argent. Les os ne laissant pas passer les rayonnements, ils apparaitront en clair sur la radiographie. Pour révéler l’image, le cliché subit le même processus de développement qu’une photographie argentique en passant par des bains de produits chimiques qui révéleront l’image.

En 1982, est inventée la radiographie numérique. Les rayons X sont captés par des détecteurs qui transforment le rayonnement en signaux électriques. L’image apparaît en temps réel et grâce à des outils de diagnostic et de post traitement, le radiologue peut comparer les clichés avec une image de référence pour effectuer des mesures. La radiographie numérique constitue un gain de temps, en effet elle permet d’obtenir l’image sans délais, et les médecins peuvent avoir accès facilement aux anciennes radiographies archivées numériquement.

A partir de quand se débarrasser des vieilles radiographies ?

Une radiographie est d’abord le résultat d’un examen médical, il faut donc consulter son médecin traitant pour s’assurer qu’elles n’ont plus d’utilité médicale. Les radiographies sont extrêmement utiles dans le suivi de pathologies, en effet, elles permettent de suivre l’évolution de santé en les comparant entre elles. Cependant, les professionnels de santé conseillent de garder les radiographies le plus longtemps possible. A titre d’exemple, en France la réglementation pour les établissements de santé leur impose de conserver les archives médicales pendant 20 ans après le dernier contact avec le patient.

Comment s’en séparer ?

Une radiographie n’est pas un déchet comme les autres, en effet de par sa composition elle est extrêmement polluante si elle est traitée comme un déchet domestique.

Les radiographies se recyclent mais les filières traditionnelles de recyclage ne les prennent pas en charge du fait de leur processus complexe.

Le rachat de radiographies

Les radiographies ont de la valeur, les sels d’argents contenus dedans peuvent être extraits et recyclés. Si vous avez de grosses quantités de radios à éliminer vous pouvez contacter la société VALOREMA pour faire racheter vos vieilles radiographies en fonction de leur teneur en sels d’argent.

En moyenne pour une tonne de radiographies argentiques, 8 à 12 kg d’argent peuvent être récupérés. Avec les avancées technologiques, les radiographies n’ont pas les mêmes quantités d’argent, ainsi les premiers clichés argentiques ont une teneur plus forte que les films argentiques de dernière génération.

Différents critères entrent en jeu pour connaitre la concentration en argent, l’année de la radiographie, le fabricant du film support, le type d’examen radiologique et la partie du corps qui a subi l’examen. Par exemple, une radiographie des poumons pendant les années 70 sur un film support KODAK aux Etats Unis n’aura pas la même teneur en sels d’argent qu’une radiographie du tibia pendant les années 80 sur un film support AGFA en Europe.

Pour calculer la valeur de rachat, il faut aussi prendre en compte le cours de l’argent qui fluctue tous les jours à la Bourse de Londres. Entre 2010 et 2020 la valeur d’un kilo d’argent a oscillé entre 350 et 1000 € / kg.

En moyenne, une personne au long de sa vie peut accumuler jusqu’à environ 1,5kg de radiographies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *