LOADING

Type to search

Noté ( 4.8 / 5 )

Quelle est la taille idéale d’un contenu web ?

Quelle est la taille idéale d’un contenu web ?

SEO

Quelle est la taille idéale d’un contenu web ?

admin 8 janvier 2018
Share

Combien de mots pour un article de blog ?  Quelle est la longueur idéale pour une fiche produit sur un e-commerce ? 500 mots à ma gauche, 1200 mots à ma droite, qui dit mieux ? 5000 mots pour le monsieur du fond, adjugé vendu !

Surréaliste comme situation non ? Et pourtant, combien de fois entend-on cette question ?

On devrait pourtant le savoir depuis longtemps, la bonne taille c’est celle qui donne du plaisir au lecteur.

Pour qui écrivez-vous ?

Ne me dites pas que vous écrivez sans vous préoccuper de savoir pour qui ?

  • Pour Paul qui cherche la recette de la tarte au concombre pour la faire de suite ?
  • Pour Marcel qui aime les récits érotiques de longue haleine ?
  • Pour Kevin qui veut connaître la pression des pneus de sa Fuego ?
  • Pour Edmond qui veut comprendre l’origine du conflit israélo-palestinien ?

Eh, oh, entre-nous, vous n’allez pas leur servir à tous les 4 un texte de 600 mots parce que vous avez lu ça sur un blog SEO quand même ?

Pourquoi écrivez-vous ?

À ceux qui n’ont pas répondu « Pour répondre à une interrogation de l’internaute » je mets un zéro pointé.

Bien évidemment, le but ultime est un peu différent, en fait, vous voulez juste {un n° de CB | un email | un clic sur un adsense | montrer que vous êtes le meilleur}, mais pour cela, il faudra avant tout intéresser suffisamment votre lecteur en répondant à un besoin exprimé sur Google.

Et combien de mots faut-il pour répondre à ce besoin ?  Autant qu’il en faudra pour qu’il soit satisfait, et à ce jeu là, on se rend vite compte que la longueur d’un contenu dépend avant tout du besoin exprimé.

D’ailleurs, Google ne s’y trompe pas, pour des questions basiques il répond avant vous avec le knowledge graph. Alors, pour certaines questions ne vous tracassez pas trop sur la taille… de contenu nécessaire, de toute façon l’internaute ne verra jamais votre site.

Exemple :

.

Comment rédiger mes contenus pour générer du trafic, des partages et des conversions ?

Ah ! Voici une question qui me semble plus pertinente et qui induira les notions de tailles sans même y avoir pensé. Prenons quelques exemples :

Une simple image

Elle vaut mille mots disait Confucius.
Ne connaissant pas internet, il oubliait qu’il faut quand même une bonne balise Title pour la mettre en avant, et éventuellement un texte qui l’illustre en détail car Google aime les mots (voir : conseils SEO pour un site de photographe).

Et encore, si c’est pour la publier sur Twitter, Instagram ou G+ (exemple), pas besoin d’en faire des tonnes. Mais à part cela on se rend compte que la taille du contenu a ici une importance toute relative. Ce qui compte, ce n’est pas la taille, c’est la capacité virale. Dans ce cas, mettez donc votre stock de mots au placard, la taille idéale, c’est surtout celle de votre image pour qu’on la regarde sans plisser les yeux.

Un dossier sur la loi Pinel

J’en vois qui décrochent rien qu’avec le titre…
Changement de registre, on s’attaque à du costaud avec des internautes qui veulent du concret, des chiffres, des conseils pour savoir si cette foutue loi va leur permettre de défiscaliser et s’ils rentrent dans les critères en achetant un studio à l’avance pour le jour ou le petit dernier fera ses études à Paris. Voici un contenu sur cette loi tel que rédigé par logementdirect.fr.

2762 mots, rien que ça. Pouvait-on faire moins pour être complet, j’en doute. Logementdirect a-t-il compté les mots ? J’en doute aussi. Le contenu répond-il aux attentes de l’internaute ? Probablement, car il est suffisamment exhaustif  pour renseigner le visiteur. Une fois de plus, la bonne taille est juste celle qui rend le contenu crédible et utile. On notera juste dans ce cas un réel effort sur la mise en page pour rendre ce pavé digeste.

Un article d’actualité

Prenons maintenant l’exemple de cet article de Zdnet qui souhaite sans doute surfer sur la dernière campagne télé de Netflix. À peine 370 mots, un contenu très succinct, mais suffisant pour les curieux, sans doute un trafic très rentable en regard de la faible énergie dépensée pour l’écrire. La bonne longueur est celle qui permet d’atteindre son objectif.

Une fiche produit (e-commerce)

On continue avec le contenu rédactionnel de la fiche d’un produit sur un e-commerce avec cet exemple de robe de baptême.  220 mots seulement, mais c’est sans doute bien suffisant, toutes les infos y sont et suffisent au visiteur pour savoir si le produit lui convient.

Bref, selon le sujet abordé, selon le contexte concurrentiel, selon l’objectif et la cible visée, le contenu doit avant tout avoir la bonne taille pour convaincre d’acheter.

En revanche, vous pourrez donner un peu de carburant à ce contenu, par exemple en faisant quelques liens vers celui-ci à partir de votre propre site (vous pouvez avoir des ancres optimisées en interne), et tant que vous y êtes en faisant aussi quelques liens externes sans exagérer sur les ancres.

Et Google, il aime quoi, les contenus courts ou longs ?

Google aime tout ce qu’aime le visiteur, s’il peut le garder chez lui, il le fera, mais vu qu’il ne peut pas toujours (heureusement) il propose vos sites dans les résultats naturels, et là il analyse probablement plus la sémantique globale de chaque page que la taille de son contenu ( rappel, ce test, où la page s’est positionnée avec un contenu minable).

D’ailleurs, plus on écrit, plus on a de chance de s’écarter de son sujet, et dans ce cas une taille de contenu importante pourrait même parfois nuire plutôt que d’avantager le positionnement d’une page. À l’inverse, un contenu riche en volume permettra de se positionner sur un plus grand nombre de termes, la taille n’est donc sans doute pas un bon critère pour référencer un contenu.

Ce qui revient au constat initial, le contenu de vos pages, il doit plaire au visiteur pour plaire à  Google, et voici pourquoi…

Ce que Google aime.

  • Il aime les pages sur lesquelles les visiteurs ne font pas de pogo sticking (c’est-à-dire qu’ils ne reviennent pas chercher un autre résultat dans la SERP sur la même requête).
  • Il aime les pages sur lesquelles le visiteur continue sa visite (si le visiteur va plus loin, c’est sans doute qu’il est satisfait du résultat que Google lui a donné).
  • Google aime probablement un peu plus les pages partagées (à toutes choses égales par ailleurs).

Alors à vous de faire pour que la taille et l’organisation de vos contenus, leur pertinence pour le visiteur, les liens qu’ils contiennent, leur facilité à être partagés entraînent ces comportements de la part des internautes, et la taille brute, laissez cela de côté, on s’en fout !

 

Ajouter un commentaire

Noter *