LOADING

Type to search

Mondial 2018

Non classé

Mondial 2018

admin 11 janvier 2018
Share

La Coupe du Monde 2018 pourrait décevoir ceux qui comptent améliorer l’image de la Russie sur la scène internationale et y développer le tourisme. La crainte que le prochain Mondial attire même moins de touristes que celui de 2010 en Afrique du Sud où trois millions de supporters s’étaient rendus, semble de plus en plus fondée.

Quel scénario attend la Russie, qui a dépensé 638 milliards de roubles (9,4 milliards d’euros) dans l’organisation du tournoi ? Il y a trois ans seulement, l’agence fédérale Rostourism n’hésitait pas à annoncer une augmentation de 30 %-40 % du nombre de touristes par rapport aux Jeux de Sotchi en 2014. Selon le comité organisateur des J.O., près de deux millions de billets avaient été vendus. Autrement dit, d’après les prévisions de Rostourism, entre 2,6 et 2,8 millions de touristes se rendraient en Russie lors du Mondial.

Toutefois, la Coupe des confédérations, organisée en Russie au cours de l’été 2017, n’incline pas à l’optimisme. Les supporters ont encore en mémoire les tribunes à moitié vides des stades. Selon l’Agence fédérale de statistiques Rosstat, aux deuxième et troisième trimestres 2017, 14,6 millions d’étrangers ont visité le pays, soit 2,8 % de moins que dans la même période de 2016. Au total, 628 300 supporters ont assisté aux matchs de la Coupe des confédérations, a indiqué le comité organisateur du Mondial sans préciser la part des étrangers dans ce chiffre.

Le stade de Kazan rempli à l'occasion de la Coupe des confédérations. Crédits : Flickr
LE STADE DE KAZAN REMPLI À L’OCCASION DE LA COUPE DES CONFÉDÉRATIONS. CRÉDITS : FLICKR

Le manque d’intérêt des supporters étrangers pour la Coupe du Monde est notamment dû à l’image négative de la Russie dans les médias occidentaux, selon les voyagistes interrogés par Kommersant. Cette situation n’inquiète visiblement pas le comité organisateur, dont les représentants ont déclaré avec optimisme, début décembre, être satisfaits des ventes de billets. À ce moment-là, 760 000 billets avaient été achetés, dont 53 % par des étrangers. D’après l’Association des voyagistes de Russie, entre 500 000 et 3 millions de supporters assisteront au championnat. Les experts de la société internationale de conseil Cushman & Wakefield, plus pessimistes, avancent le chiffre maximal de 450 000 supporters étrangers.

Envolée des prix des hébergements

Selon le site de réservation d’hébergement OneTwoTrip, en juin-juillet 2018 une chambre simple avec petit-déjeuner coûtera à Kaliningrad 9 700 roubles (140 €), soit 3,5 fois plus qu’en mai. Une chambre dans un hôtel quatre étoiles reviendra en moyenne à 18 300 roubles (270 euros). La ville se situant à une heure de la Pologne (où les hôtels sont moins chers), les hôteliers de l’exclave russe ne doivent toutefois pas s’attendre à de superprofits.

Les visiteurs des autres villes hôtes devront, eux, mettre la main au porte-monnaie. À Nijni-Novgorod, les prix de l’hébergement seront multipliés par 3,2 pendant la compétition : une nuit dans une chambre dans un hôtel quatre étoiles coûtera en moyenne 13 400 roubles (200 €). À Moscou, les prix doubleront. En raison de ces coûts élevés, les villes organisatrices pourraient perdre ceux de leurs touristes habituels qui ne s’intéressent pas au football.

Les représentants de l’État se veulent rassurants : les infrastructures créées pour le Mondial 2018 seront réutilisées, à l’instar de celles des JO d’hiver de Sotchi. Des JO qui toutefois, on s’en souvient, avaient coûté, en fonds publics et privés, la somme record de 1 500 milliards de roubles (22 milliards d’euros) et provoqué l’endettement et la faillite de nombreux investisseurs.

Previous Article

Ajouter un commentaire

Noter *