Les médecines douce de plus en plus utilisées dans le sport

Les médecines douce de plus en plus utilisées dans le sport

sante

Les athlètes talentueux sont, de l’avis de tous, humains, ce qui signifie que l’entraînement rigoureux qu’ils subissent affecte leur corps. Un corps en bonne santé réussit assez bien à se guérir, c’est pourquoi cette douleur ne dure généralement pas plus d’un jour ou deux. (Dieu merci !) Mais les athlètes professionnels n’ont pas toujours le luxe d’attendre qu’ils soient de retour à 100 % avant de s’entraîner ou de concourir à nouveau, c’est pourquoi beaucoup se tournent vers des thérapies inhabituelles dans l’espoir d’une récupération plus rapide et de meilleures performances.

Des cercles violets sur les épaules de Michael Phelps aux chambres de glace où les pros gèlent leurs fesses (presque littéralement), nous examinons ici six traitements pas si courants pratiqués par les athlètes d’élite – et la recherche et les avis d’experts sur la question de savoir si oui ou non ils valent la peine d’être essayés.

Oxygénothérapie hyperbare

L’affirmation : L’oxygénothérapie hyperbare (HBOT) implique une chambre qui émet 100 % d’oxygène – par rapport aux 21 % d’oxygène typiques trouvés dans l’air que nous respirons – avec une pression accrue. L’un de ses objectifs est d’accélérer la cicatrisation des plaies, car l’oxygène favorise la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins lorsqu’ils ont été blessés par des lésions des tissus mous et des plaies chroniques qui ne cicatrisent pas.

Un patient se trouve à l’intérieur d’un tube d’environ 7 pieds de long. Une fois scellé à l’intérieur de la chambre, le technicien augmentera la pression d’air jusqu’à trois fois la pression normale, mais le patient pourra toujours respirer et parler normalement. Chaque séance dure entre 30 minutes et deux heures, et les patients peuvent passer le temps en lisant, en écoutant de la musique ou en regardant la télévision.

La preuve : Une étude de 2012 a conclu que l’OHB “devrait être envisagée” pour le traitement de divers types de plaies infectées, y compris celles causées par des accidents, des greffes de peau compromises et des brûlures thermiques. D’autre part, une petite étude de janvier 2015 a révélé que l’OHB “n’a montré aucun avantage” chez les patients présentant des symptômes post-commotionnels persistants (PCS) après une lésion cérébrale traumatique légère. En bref : l’OHB n’est pas une panacée ; il est plus efficace pour traiter certaines blessures que d’autres.

Le verdict : Ces chambres à haute pression peuvent être trouvées dans les hôpitaux du pays moderne. Mais parce que l’utilisation de l’OHB pour les douleurs liées au sport n’a pas été approuvée par la FDA, s’en tenir à un bon air frais est probablement votre meilleure option pour le moment.

Thérapie Rénokine

L’allégation : Regenokine (connue sous le nom d’Orthokine) est une procédure médicale conçue pour réduire la douleur dans les articulations ou les tissus en augmentant les niveaux d’une protéine anti-inflammatoire appelée protéine antagoniste du récepteur de l’interleukine-1 (IRAP).

Notre corps produit naturellement de l’IRAP, de sorte que la thérapie commence par le prélèvement, la centrifugation et l’incubation du sang du patient sur des billes de verre pendant 24 heures. Ce processus sépare le sérum IRAP du reste du sang. Le sérum est ensuite injecté dans la partie du corps ciblée pendant cinq à six jours.

La preuve : Plusieurs études suggèrent que Regenokine est un traitement efficace et à faible risque pour divers problèmes articulaires, notamment l’arthrite. (En fait, une version similaire de cette thérapie est souvent pratiquée sur des chevaux souffrant d’arthrose.)

Le verdict : “À mon avis, les thérapies cellulaires régénératives telles que la régenénokine et le plasma riche en plaquettes (PRP) devraient être envisagées chez tout patient souffrant de lésions musculo-squelettiques des muscles, des ligaments tendineux ou des articulations arthritiques”, déclare le Dr Podesta. “Il ne semble pas y avoir d’effets indésirables ou de contre-indications significatifs pour ce traitement et le traitement semble relativement sûr.”

GyroStim

L’affirmation : cette chaise multi-axes contrôlée par ordinateur peut ressembler beaucoup à un Tilt-a-Whirl de carnaval, mais elle a en fait été conçue pour améliorer l’équilibre et les performances sportives, ainsi que pour encourager la coordination chez les personnes souffrant de problèmes neurologiques causés par tout, de chimiothérapie pour l’autisme et la paralysie cérébrale (PC).

Lorsque la chaise tourne de haut en bas et d’un côté à l’autre pendant quelques minutes, elle est destinée à stimuler la zone du cerveau responsable de la fonction motrice. Selon son propre site Web, GyroStim est actuellement disponible pour une utilisation dans divers laboratoires de sciences du sport, centres d’entraînement sportif d’élite, cliniques médicales/neurologiques, universités et installations de recherche militaires à travers le pays.

La chaise a été créée à l’origine par un ingénieur dont la fille est née avec le CP. Lui et sa femme ont appris que leur fille avait besoin que son système vestibulaire soit stimulé – le système qui coordonne le mouvement avec l’équilibre – par des exercices thérapeutiques afin d’améliorer sa capacité à marcher.

La preuve : il y a un avertissement sur le site Web qui stipule : “Le public peut rencontrer une couverture médiatique et des témoignages faisant référence au rôle de GyroStim dans la résolution des problèmes liés à l’équilibre qui se manifestent par une commotion cérébrale, un TBI (lésion cérébrale traumatique) ou d’autres conditions neurologiques, cependant, GyroStim n’est pas destiné à être utilisé dans le diagnostic ou la guérison d’une maladie ou d’une autre condition.”

Thérapie par cellules souches

L’allégation : Les cellules souches sont les principales cellules du corps chargées de réparer les tissus endommagés afin de réduire l’inflammation. Pour effectuer cette thérapie, des cellules souches sont extraites de la moelle osseuse du patient adulte ou d’un donneur, puis injectées dans les zones lésées du patient.

La preuve : Une étude de février 2014 a conclu que les thérapies cellulaires et la médecine régénérative “offrent un traitement sûr et potentiellement efficace pour les blessures musculo-squelettiques liées au sport”.

Le verdict : Podesta pense que ce type de thérapie pourrait valoir le coup, mais il reste à voir si d’autres thérapies seront approuvées ou non.

Ventouses

L’affirmation : à ce jour, vous en avez probablement entendu plus que vous ne l’auriez jamais voulu sur les ventouses, mais voici l’essentiel au cas où vous l’auriez manqué :

“Les ventouses sont une forme de thérapie peu coûteuse, non invasive et globalement sûre destinée à favoriser la guérison naturelle du corps”, explique Ilan Danan, MD , neurologue au Kerlan-Jobe Center for Sports Neurology and Pain Medicine à la clinique orthopédique Kerlan-Jobe. à Los Angeles.

Le traitement, qui est une forme d’acupuncture, consiste à allumer un liquide inflammable à l’intérieur d’une tasse en verre, en bambou ou en terre cuite. Lorsque les flammes s’éteignent, le bord de la tasse est placé sur les muscles endoloris pendant cinq à 10 minutes, créant un environnement semblable à un vide afin de favoriser la circulation sanguine, de stimuler l’activité musculaire et de réduire l’inflammation.

“Il est important de savoir, cependant, que les ventouses peuvent entraîner des ecchymoses sur la peau, pouvant durer jusqu’à plusieurs jours”, ajoute le Dr Danan, d’où les taches violettes géantes que Michael Phelps arborait pendant les premiers jours des Jeux olympiques de 2016.

La preuve : Bien que ce traitement remonte à des milliers d’années dans la médecine orientale ancienne, il existe encore “des preuves scientifiques très limitées à ce jour”, ajoute Danan.

Cela dit, une revue de juillet 2014 de 16 essais et 921 participants a suggéré “un effet positif potentiel à court terme de la thérapie par ventouses sur la réduction de l’intensité de la douleur par rapport à l’absence de traitement, à la thermothérapie, aux soins habituels ou aux médicaments conventionnels”.

“On ne comprend pas bien comment les ventouses peuvent fonctionner”, déclare Podesta. “On pense également qu’un effet placebo significatif pourrait jouer un rôle dans les avantages perçus et rapportés de cet ancien traitement.”

Le verdict : “J’ai constaté que pour bon nombre de mes patients souffrant de douleur chronique, il s’est avéré bénéfique en tant que traitement d’appoint”, déclare Danan. “Donc, je dirais que, oui, les ventouses valent la peine d’être essayées dans le but de soulager la tension musculaire et de minimiser les douleurs musculaires ou myofasciales.”

Il existe de nombreuses médecine douce mais la plus en vogue en ce moment est la lithothérapie, chaque pierre à des vetus bénéfique sur le mental et le physique. Vous pouvez retrouver les vertus des pierres sur des site spécialisé dans les médecines douces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.