LOADING

Type to search

Noté ( 4.8 / 5 )

Création de sites d’escort-girl, attention à la loi !

Création de sites d’escort-girl, attention à la loi !

SEO

Création de sites d’escort-girl, attention à la loi !

admin 8 janvier 2018
Share

Il y a peu, le parlement français adoptait la loi visant à pénaliser les clients de prostituées. Les réseaux qui profitent de la manne que représente ce trafic ne vont bien évidemment pas en rester là. De même pour les quelques indépendantes qui vont se voir rapidement privées d’une grosse part de leur clientèle qui ne souhaite pas prendre le risque d’être arrêté.

La prostitution « de rue » va donc immanquablement se déplacer partiellement sur internet. Cette transition sera créatrice d’une demande grandissante : la création de site d’escorte-girl (une appellation plus stylée, mais qui ne laisse que peu de doute sur le type de prestations proposées).

Pourquoi un déplacement de l’offre sur Internet ?

La première raison pour avoir une transition vers le net est que c’est techniquement très facile. D’ores et déjà, les sites d’annonces de rencontres (Vivastreet, wannonce et autres) regorgent d’annonces (mal) déguisées.

La deuxième est que la prostitution n’est pas illégale en France, aucune inquiétude légale donc pour ceux et celles qui s’y adonneraient, car le délit de racolage est aujourd’hui abrogé (14 octobre 2015).

Quel risque pour ceux qui acceptent de créer un site d’escort ?

Si les clients de prostitués vont être pénalisés, c’est déjà le cas depuis longtemps pour tous ceux qui d’une manière ou d’une autre proposent contre rémunération tout ce qui peut faciliter la prostitution. C’est donc le cas de toute entreprise ou webmaster indépendant qui accepterait de réaliser contre rémunération un site internet dédié à cette activité pour le compte d’autrui.

Bien évidement, créer un site spécialisé pour recenser exclusivement des annonces d’escort girl est puni de la même façon.

Créer un site d’escort-girl est donc condamnable pour proxénétisme.

Proxénétisme et peines encourues

L’article 225-5 du code pénal ne laisse strictement aucun doute (complément sur l’article 225-6)

Le proxénétisme est le fait, par quiconque, de quelque manière que ce soit :
1° D’aider, d’assister ou de protéger la prostitution d’autrui ;
2° De tirer profit de la prostitution d’autrui, d’en partager les produits ou de recevoir des subsides d’une personne se livrant habituellement à la prostitution ;
Le proxénétisme est puni de sept ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

« Aider, assister, tirer profit ou recevoir des subsides » correspondent intégralement à une prestation consistant à réaliser un site internet pour une personne qui se livre à la prostitution.

Pour conclure

S’il est peu probable que des agences web se laissent tentées par ce type de prestations, quelques freelances bricoleurs pourraient penser que des demandes de conception de sites d’escort leur permettront de gagner facilement quelques billets.  Il est donc bon de rappeler qu’une prestation de cet ordre expose à des peines qui font désordre sur un casier judiciaire… en plus de l’amende et d’éventuelles peines de prison.

Ajouter un commentaire

Noter *