Mondial infos

comment rediger meta description

Et si vous gagniez du trafic avec une meta description bien rédigée ?

Plus de 6 ans d’existence et 400 articles et je n’avais jamais rien écrit de sérieux sur ce sujet : Comment rédiger une meta description efficace ?  Je m’empresse donc de corriger cette lacune.

Aujourd’hui, voyons comment travailler la rédaction de la balise meta description pour apprendre à en tirer tous les bénéfices que l’on peut attendre d’elle.

La pauvre est souvent un peu bâclée, car elle n’a pas d’impact direct en termes de positionnement, mais au fil de la vie d’une page, elle pourrait bien l’affecter. Voyons comment !

Qu’est-ce que la meta description ?

Pour faire simple, c’est le petit bout de texte qui s’affiche sur les résultats de Google sous le titre et l’url d’une page web. Dans le jargon SEO, nous appelons ça le « snippet« .

Du moins, c’est le résultat que l’on souhaite avoir en remplissant cette balise sur chacune de ses pages web (dans le <head>). Pour la page concernée, la voici :

<meta name= »description » content= »Comparer son trafic et ses positions aux dates d’update de Google Pingouin. » />

À quoi sert-elle ?

Elle ne sert pas directement au positionnement de vos pages.
Ce point doit être clair, oubliez cet aspect (déjà testé plusieurs fois), en revanche, son affichage dans les résultats peut influencer le clic d’un internaute et ceci peut changer beaucoup de choses.

Retirez presque votre casquette de SEO quand vous voulez écrire le contenu de cette balise.

L’objectif premier que vous devez avoir à l’esprit, c’est de donner à l’internaute une irrésistible envie de cliquer sur votre résultat.

Cas pratique

Pour se faire une petite idée, comparons deux résultats pour la recherche « dates de google pingouin ». Attention, ce n’est pas le cas, mais imaginons que le résultat du site AxeNet soit juste sous Wikipedia qui serait premier dans la SERP.

Si c’était le cas, il est probable que la promesse faite dans le snippet sur le résultat AxeNet génère plus de clics. En effet, pour une recherche de ce type, la plupart des utilisateurs souhaitent voir si leur site a pu être impacté et chercheront à croiser les dates de mise à jour de Pingouin avec les données de leur trafic ou positions.

  • Sur le résultat de Wikipédia, on sait que l’on va avoir droit à toute la litanie sur Pingouin, mais on n’est pas certain du tout d’avoir la liste des MAJ par dates.
  • Sur le résultat AxeNet, c’est expressément l’angle de communication qui a été choisi, offrir la possibilité de comparer.

Si ce cas existait concrètement, il est fort probable que des clics initiaux qui seraient allés vers le premier résultat soient finalement reportés sur le second.

Rédiger cette balise doit donc être effectué en prenant en compte le titre de sa page(voir comment rédiger un title) , en se disant qu’elle doit l’accompagner, donner plus de précisions pour renseigner l’internaute au mieux sur le contenu de la page. Mais surtout elle doit donner envie ! L’internaute doit se dire qu’en cliquant sur ce résultat, la page contiendra les informations qui répondront à son attente.

Comment donner envie de cliquer ?

  • En complétant bien le title (vu ci-dessus)
  • En utilisant des verbes d’action (« comparer » dans l’exemple) pour faire prendre l’initiative du clic à l’internaute.
  • En laissant percevoir un avantage pour l’internaute quand c’est possible (« gagnez, profitez de, télécharger gratuitement »)
  • En allant à l’essentiel (nous sommes limités en nombre de caractères , environ 150, et l’internaute doit pouvoir lire vite)
  • En intégrant les mots supposés de la recherche de l’internaute (« dates, google, Pingouin » dans l’exemple), car ceux-ci seront repris en gras sur Google.
  • En fuyant une logique de succession de mots-clés. Votre meta description doit plutôt être rédigée comme un slogan.
  • Ne recopiez pas votre titre exact ! Ceci donne une mauvaise image à l’internaute et c’est du gâchis, car vous vous privez de mots pour le convaincre de cliquer.

Pour quoi vouloir gérer cette balise ?

Si vous ne remplissez pas la meta description, Google va en générer une lui même à partir des textes contenus dans votre page. Oui, mais…

En laissant faire Google, vous perdez toute la maitrise de votre communication sur votre résultat. Et parfois, Google ayant un peu de mal à trouver quelque chose qui tienne la route, il va amalgamer des phrases au sens incertain et pas forcément très vendeuses.

Le site n’a pas rédigé de meta description pour cette page. Google va donc chercher dans celle-ci des mots correspondants à la recherche. Trouvez-vous cette méta description très vendeuse ? Donne-t-elle envie de cliquer ? Bof bof…

On aurait pu écrire en meta description :  Trouvez facilement votre canapé pas cher parmi un choix de xxx modèles et recevez-le dans 7 jours !

Moi ça me donne un peu plus envie puisque l’on me fait de jolies promesses (qu’il faudra tenir, n’écrivez pas n’importe quoi).

Optimiser techniquement sa méta description

Une fois cette logique marketing bien comprise, on peut aller plus loin…

  • La taille : 150 caractères environ avec les espaces.
    Mais attention, si votre nom s’affiche (impact de l’authorship quand un visiteur est en mode connecté à Google), il n’en reste qu’environ 130. Sur mobile c’est pire. En revanche, on peut faire plus long en se disant que Google pourra aller chercher parmi 2 phrases que l’on aura rédigé. On peut alors imaginer de pousser jusqu’à 300 caractères ( plus d’infos chez Olivier Andrieu).
  • Faites attention à ce que les mots qu’elle contient en commun avec le title souvent l’expression-clé principale de la page) apparaissent dans le contenu rédactionnel de la page. Il y a de plus fortes chances pour qu’elle soit reprise par Google.
  • Attention aux doublons : Ne faites pas une meta description bateau adaptable à toutes les pages de votre site. Dans Google webmasters tools, ces erreurs sont mises en exergue, GG n’aime pas, autant éviter de lui donner un mauvais signal.
  • Attention aux caractères spéciaux : Guillemets, deux-points, étoile, etc. Il arrive que Google décide de couper une meta description quand elle contient ce type de caractères.  Il ferait alors sa soupe et on perdrait à nouveau la maitrise de notre communication.
  • Dans le cas de meta générées automatiquement par votre propre outil, testez bien afin de voir si elles ne sont pas parfois trop similaires d’une page à l’autre. Attention aux descriptions dans un français improbable, elles ne donnent pas confiance.

Puis-je espérer un bonus de Google ?

Nous avons vu que vos positions ne sont pas directement impactées. Et puis que cette balise est avant tout faite pour l’internaute, mais pourtant…

Imaginons que votre page en troisième position sur une requête concurrentielle soit bien plus souvent cliquée en première intention que les deux qui se trouvent au-dessus de vous.
Google pourrait facilement être tenté de se dire que ce choix des internautes doit être pris en compte et pourrait être amené à améliorer votre place !

À toutes choses égales par ailleurs, je suis convaincu que cela fonctionne, raison de plus pour prendre le temps de rédiger une centaine de caractères s’ils peuvent vous faire gagner des places !

En conclusion :

Si vous êtes parmi les rares visiteurs de ce week end férié prolongé, ce petit rappel devrait tout de même vous faire vous poser des questions sur vos pratiques. Je sais ce que c’est, cette balise est quasiment la dernière à laquelle on s’attache. Mais du coup, vous devez avoir perçu quelques bénéfices à y passer un peu de temps.

Sur ce, je m’attaque à la rédaction de la meta description de cet article ! Car bien évidemment, c’est en connaissant parfaitement le contenu d’une page que l’on saura le résumer…

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide