écrire

Comment écrire un bon article de blog ? – 15 conseils pour les créateurs de contenu

Astuce

Comment écrire un bon article sur un blog ? – 15 conseils pour les créateurs de contenu

La création de contenu est un art. Un enchevêtrement aléatoire de mots ne réussira pas et ne sera pas lu de plein gré par le public. Il est donc nécessaire d’améliorer constamment l’atelier et de devenir un meilleur créateur. L’entrée suivante peut vous y aider. Elle fournit quelques conseils sur la manière de rédiger un bon article ou contenu pour l’Internet. Les conseils contenus dans le texte sont assez généraux, ils peuvent donc en principe être utilisés dans toutes les formes possibles de création de contenu, et pas seulement pour les blogs.

Un bon contenu est une combinaison de plusieurs fondements. Il s’agit notamment des questions techniques, des aspects liés au référencement, ainsi que de la présentation appropriée du contenu, qui doit être précieux et, en outre, léger et agréable à lire. Comment s’occuper de tout cela ? Consultez les conseils ci-dessous et voyez comment écrire un bon article.

C’est parti !

Commencez à écrire en choisissant le bon mot-clé.

Le succès de tout contenu est sa bonne visibilité sur un mot-clé donné. Sinon, le contenu n’atteindra le public qu’à partir de canaux de commercialisation, ce que vous ne pouvez pas faire tout le temps. Plusieurs facteurs déterminent si le contenu sera suffisamment élevé, notamment l’optimisation du contenu, la quantité, la puissance du domaine ou le choix du bon mot-clé.

Il est important de choisir le bon mot car un tel contenu est censé générer du trafic vers le site, il ne peut donc pas s’agir d’une expression aléatoire. Pour cela, il est préférable de consulter les tendances de Google et de voir si le mot que vous recherchez est récemment une recherche populaire.

Un autre outil utile est le planificateur de mots-clés dans AdWords, qui vous indiquera également les phrases que vous pouvez prendre en compte pour choisir le bon mot-clé.

Apprenez comment fonctionne LSI.

LSI, ou mots-clés sémantiques, est un processus par lequel le moteur de recherche essaie de comprendre le contenu et les phrases tapées dans le moteur de recherche. Dans l’usage quotidien, cela signifie qu’il vaut la peine d’utiliser des mots clés supplémentaires dans le contenu qui sera lié à la phrase principale. Cela inclut tous les synonymes, mais aussi les expressions similaires que Google suggère toujours lors d’une recherche.

Évitez de pousser les mots-clés.

L’utilisation excessive de mots-clés dans le texte est appelée “bourrage de mots-clés”. Ce n’est pas flatteur pour Google, et les utilisateurs peuvent aussi facilement remarquer le travail qui est poussé trop loin par les phrases. Cela ne semble certainement pas agréable, mais artificiel.

Oui, les premiers indices faisaient référence au choix d’un mot-clé, mais cela ne signifie pas immédiatement qu’il doit être utilisé dans un paragraphe sur deux. Essayez également de changer le mot en fonction du point ci-dessus.

Écrivez pour les utilisateurs, pas pour les robots.

C’est la dernière fois que j’aborde dans ce texte les questions typiques de l’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO) en ce qui concerne la rédaction de bons articles. Enfin, je vous rappelle que les utilisateurs sont les destinataires finaux de votre travail. Ce n’est qu’ensuite que l’on réfléchit à un éventuel positionnement. Ce faisant, suivez le principe de naturalité. Toutes vos actions dans ce sens doivent être discrètes et doivent prouver qu’elles ont été tissées librement – sans votre intervention spéciale.

Définissez le délai d’achèvement des travaux.

Vous connaissez cette situation ?

Vous êtes en train de rédiger un contenu. Vous regardez votre montre et là, vous voyez un temps lointain. Vous auriez dû tout finir il y a longtemps, et en fait vous n’en êtes qu’à la moitié…

Vous savez, chacun a des jours différents où il peut être bouleversé.

Toutefois, un bon brevet pour ce type de situation consiste à fixer une date dite limite, c’est-à-dire l’heure ou la date à laquelle nous devons achever le contenu. C’est une mobilisation supplémentaire et une incitation supplémentaire que nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir l’escargot de course. Ainsi, en regardant votre montre de temps en temps, vous serez conscient de l’échéance, ce qui se traduira par une plus grande efficacité.

La curiosité du public avec l’introduction.

Comment écrire un bon article ? Commencez par une bonne introduction. C’est la partie du contenu qui a le plus de chance d’être lue. En général, personne ne commence à lire de l’intérieur. Tout le monde se concentre d’abord sur le début de l’article. Sur la base de l’article, ils évaluent en grande partie si le contenu mérite une attention particulière ou s’il faut le remercier.

Rédigez d’abord le contenu, puis modifiez-le.
Il est extrêmement difficile de publier un contenu sans l’améliorer après l’avoir écrit. La chance que nous écrivions le texte parfait sans aucune correction est presque nulle. Lisez et vérifiez toujours votre “sueur” au moins une fois.

À cet égard, il est préférable de se souvenir de quelques bonnes pratiques :

Nous créons d’abord l’ensemble du contenu, puis nous l’éditons et le vérifions.
Essayez de ne pas revenir sur le contenu précédent en écrivant et de ne pas le lire.
Ne vous asseyez pas pour réviser et relire le matériel immédiatement après sa rédaction. Plus tard, vous reviendrez avec une attitude plus fraîche et attraperez plus de corrections possibles.

Rendre la lecture plus rapide et plus agréable.

Comment écrire un bon article pour pouvoir le lire facilement et rapidement ?

Essayez d’abord de raccourcir les phrases autant que possible. Moins il y a de mots inutiles, mieux c’est.

L’étape suivante consiste à s’occuper de la longueur des paragraphes. Un maximum de 3 à 5 phrases suffit pour percer le contenu avec un espacement “entera” supplémentaire. Une telle procédure rend la réception du contenu plus agréable et aide à la lecture.
Un bon exemple de cette pratique, le magazine : blu-news.com

Évitez de répéter. Une fois rédigé, le contenu n’a pas besoin d’être souligné à nouveau.

Laissez le jargon dans la cour et les mots difficiles sur le lutrin.
Essayez de rédiger le contenu aussi facilement que possible. Je n’en parle pas comme d’une “demi-écriture”, mais dans le sens où j’évite les phrases, les expressions ou les mots compliqués. Un message simple est celui qui touche le plus le cœur du lecteur. Si le texte est clair et pur, le public l’assimilera et s’en souviendra plus facilement. Il sera également plus encourageant de le lire dans son intégralité.

Légèreté, rapidité et simplicité sont les alliés du lecteur.

Attacher une grande importance au titre et aux titres de l’article.

La numérisation des contenus fait partie intégrante de la lecture des entrées sur Internet. Il a même été dit que les internautes ne lisent pas – ils scannent le contenu avec leurs yeux à la recherche des informations les plus importantes pour eux. Par conséquent, le titre de l’entrée requiert une attention supplémentaire, qui doit être intéressante, provoquer un désir de cliquer et éveiller la curiosité.

Ce n’est pas un art facile. Les experts recommandent même de créer jusqu’à 25 versions du titre pour choisir la plus pertinente.

Creuser le sujet à fond.

Un contenu de qualité et de valeur est complet. Il aborde toutes les questions et ne décrit rien “sur la tête”. Essayez donc de créer des articles dans lesquels les lecteurs trouveront le plus d’informations possible, et pas seulement leurs débuts.

Cela se traduira positivement sur la valeur du contenu lui-même, sa quantité et ses chances de succès. N’oubliez pas que les premières places dans le classement de Google sont occupées par des contenus complexes. Il est difficile de trouver du contenu avec 300 mots, ce qui est le plus haut dans le classement.

En dehors du contenu, concentrez-vous sur le méta titre et la description de la sous-page.

Les instructions sur la manière d’écrire un bon article ne sont pas fermées autour du contenu lui-même. C’est aussi leur anneau extérieur.

Le titre et la méta-description sont des champs supplémentaires à mettre en valeur et une chance d’attirer un public supplémentaire.

Dans le passé, la méta description servait de champ supplémentaire pour le plus grand nombre possible de mots clés. Aujourd’hui, c’est un lieu supplémentaire pour ajouter du contenu qui incitera le public à cliquer.

Penser toujours au lecteur.

En général, les gens sont assez égoïstes. D’une certaine manière, cette caractéristique est parfois visible dans le contenu. Vous remarquerez peut-être qu’il y a plus d’écrits sur vous que sur le lecteur. Un exemple simple :

Égoïstement : “la semelle de nos chaussures de course est faite d’un nouveau matériau de qualité, ce qui en fait les meilleures du marché !”

Pour le bénéfice du lecteur : “La semelle de nos chaussures de course est fabriquée dans un nouveau matériau de qualité, ce qui les rend très confortables et réduit le risque de blessure”.

Le premier exemple ne donne pratiquement rien au destinataire. Chacun peut se considérer comme le meilleur fabricant. Le deuxième exemple, en revanche, montre une attitude envers le lecteur en premier lieu, en soulignant les avantages et en utilisant le langage dit des avantages.

Améliorer les articles plus anciens au fil du temps.

Vous aurez de plus en plus de contenu au fil du temps. Cela ne signifie pas que les articles plus anciens seront oubliés. Au contraire.

Vous pouvez renvoyer avec succès des articles déjà écrits dans vos canaux de commercialisation. Vous pouvez également les améliorer. Il s’agit du recyclage du contenu.

Au bout d’un certain temps, certaines informations peuvent ne plus être à jour. De nouveaux documents peuvent également apparaître, qui peuvent être ajoutés avec succès à des textes plus anciens. Cela vous apportera de nombreux avantages, tant en termes de référencement que de besoins des utilisateurs. Ainsi, le lecteur recevra des articles encore meilleurs.

Utilisé des données et des statistiques.

Si vous en avez l’occasion, essayez toujours d’ajouter de la variété au contenu avec des insertions de données ou des statistiques. En général, les chiffres et les données concrètes ont un meilleur effet sur nous et nous sommes capables de mieux imaginer la situation. Ils sont également plus clairs et plus vrais. Quoi qu’il en soit, regardez l’exemple :

Des faits arides : “Un Polonais sur cinq a des problèmes de surpoids.”

Des preuves tangibles : “Selon l’étude XYZ, plus de 10 millions de Polonais sont obèses”.

Vous voyez la différence ?

Le deuxième exemple nous permet de mieux imaginer et de traduire nos propres sentiments.

Alors, comment écrire un bon article sur un blog ?
Tout d’abord, plusieurs questions doivent être examinées, qui détermineront ensemble la force du contenu.

La mémoire du lecteur est également importante. C’est le lecteur qui est le destinataire du texte et c’est à lui que vous consacrez votre temps. Essayez donc d’écrire en dessous, c’est-à-dire avec des mots simples, des phrases courtes et de nombreux exemples de la vie quotidienne. Vous aurez alors la certitude que l’article créé sur le blog sera plus attrayant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *