Banc de puissance : fonctionnement

Astuce

Les amateurs du monde du sport automobile sont très intéressés par les données relatives à la puissance des véhicules. Il existe un outil qui permet de mesurer la puissance de manière très précise. Aujourd’hui, le banc de puissance est utilisé pour évaluer le moteur d’une voiture. Dans cet article, vous saurez tout sur son fonctionnement et ses caractéristiques.

Qu’est-ce qu’un banc de puissance et à quoi sert-il ?

Un banc puissance voiture est un outil permettant de mesurer et d’analyser les performances du véhicule et de son moteur. Il sert également à obtenir les résultats des améliorations électroniques appliquées au véhicule.
Sur le banc à rouleaux, on peut vérifier la puissance et modifier électroniquement n’importe quel paramètre de la voiture. Ainsi, on peut tirer le maximum du moteur pour qu’il fonctionne correctement.

Phases de banc de puissance

Dans la première phase, on mesure la force maximale avec laquelle le moteur du véhicule est capable d’accélérer. Pour ce faire, des rouleaux sont utilisés pour monter les roues sur le banc de puissance.
Le véhicule est ensuite mis au point mort et laissé dans cette position jusqu’à ce que les rouleaux perdent de la vitesse. La puissance consommée par le système de transmission en raison de la friction interne est ainsi enregistrée.

Étapes à suivre pour effectuer un test de mesure de la puissance

Afin d’évaluer la puissance d’un véhicule, deux étapes primordiales sont à respecter.

La voiture est placée sur les rouleaux en fonction de sa traction

La voiture est fixée à l’aide d’élingues. De même, un grand ventilateur est placé à l’avant de la voiture pour simuler le flux d’air entrant dans le moteur. Ce système permet de mieux imiter les conditions réelles de la route.
Le test est effectué sur la route avec le rapport le plus proche de 1:1. Il procure la plus faible perte de friction. Dans le cas d’un véhicule à cinq vitesses, par exemple, il s’agit de la quatrième vitesse, dite directe.

Le banc est calibré selon les indications données par le logiciel

Engagez la vitesse directe, attendez que le moteur cale presque et commencez à accélérer à fond. Le moteur va commencer à tourner et à prendre de la vitesse. Vous remarquerez ainsi qu’il devient de plus en plus difficile de “lutter” contre les rouleaux.
Lorsque l’aiguille s’approche de la zone rouge du tachymètre, appuyez sur l’embrayage. Dans le cas d’un véhicule automatique, mettez le levier sur N, et relâchez l’accélérateur. Le banc commencera à consigner la courbe des pertes.
Avec les données obtenues par le programme, un facteur de correction sera appliqué. Pour appliquer ces facteurs de correction, il est essentiel que le banc soit équipé d’une station météorologique.

Type de banc de puissance

Banc inertiel

La puissance est acquise en calculant le temps que met le moteur à accélérer une inertie connue. Il ne mesure que la vitesse instantanée et par calcul, on obtient le couple et la puissance. Pour mesurer le moteur, il est utilisé par les constructeurs automobiles.

Banc freiné

Il est équipé de frein à courant de Foucault qui permet d’effectuer des tests à charge constante. Le contrôle de la charge (ou banc freiné) est essentiel pour le réglage des unités d’injection électronique. Les bancs de freinage peuvent être classés en deux catégories : les bancs moteurs et les bancs châssis. Les premiers sont utilisés par les constructeurs pour créer les cartes d’allumage et d’injection de leurs moteurs. Les seconds sont utilisés par les préparateurs de moteurs pour optimiser les cartes afin d’obtenir de meilleures performances.