Aperçu des règles de sécurité applicables en matière de travaux d’élagage d’arbre

Aperçu des règles de sécurité applicables en matière de travaux d’élagage d’arbre

conseils-bricolage

En raison de sa dangerosité, l’élagage d’arbre est soumis à des règlementations très strictes. Sa pratique doit obéir à des normes de sécurité imposées par la loi. Celles-ci s’appliquent aussi bien aux simples particuliers qu’aux professionnels dans le domaine. En effet, les propriétaires de parcelle arborée sont tenus par l’obligation d’élaguer leurs arbres pour éviter les éventuels dommages qu’ils pourraient causer. Quant aux entreprises spécialisées en travaux d’élagage, elles sont tenues de mettre à la disposition des leurs élagueurs les équipements de protection nécessaires pour garantir leur sécurité. Des formations relatives à la prévention des risques doivent également leur être dispensées.

Quelles sont les règles de sécurité relatives aux matériels et outils pour élaguer?

Le règlement en vigueur exige le port d’un équipement de protection adapté pour chaque intervention. Ceci étant fait afin de réduire les risques liés à l’exercice de cette activité. De ce fait, les élagueurs professionnels doivent se munir d’un équipement de protection individuelle ou EPI au cours des travaux. Un EPI comprend entre autres :

Des vêtements anti-coupure

Pour éviter les blessures issues de la mauvaise manipulation des outils, l’opérateur doit obligatoirement porter des vêtements anti-coupures (gants de protection, jambière, combinaison). En effet, l’élagueur fera usage de matériels tranchants et imposants dans le cadre de son travail. Il y a par exemple la tronçonneuse qui, en cas de fausse manipulation,  peut occasionner des blessures potentiellement mortelles.

D’un casque de protection avec visière

Cet équipement protège la tête de l’opérateur contre les chutes de branches éventuelles. Il est pourvu d’une visière ou de lunettes de protection afin de protéger les yeux de l’opérateur des sciures de bois et de la projection de poudre de bois.

Des protections auditives

Les tronçonneuses génèrent des bruits assourdissants. À force, une telle situation peut provoquer des problèmes de l’ouï. Pour préserver la santé de l’intervenant, il doit nécessairement porter des protections auditives.

Les harnais d’élagage

Il s’agit d’un système de cordage qui permet à l’élagueur de se déplacer et de travailler en hauteur en toute sécurité. Il prévient les chutes. Les harnais d’élagage sont garnis de mousquetons et d’un système d’arrêt. Ce qui permet à l’artisan de les régler en fonction de ses besoins.

Selon la technique d’élagage mise en œuvre, quelles sont les règles de sécurité qui s’appliquent ?

L’élagueur consacre la majorité de son temps aux travaux en hauteur. La « sécurité » est donc le mot d’ordre. Il ne se soucie pas uniquement de sa propre personne. Il doit également veiller à l’intégrité des personnes et des biens avoisinant l’arbre à élaguer. Par conséquent, certaines précautions sont à prendre avant et durant toute la durée des opérations. Elles sont cependant variables en fonction du mode d’intervention.

Les travaux d’élagage impliquant l’usage d’une échelle

Pour commencer, il convient de remarquer que la plupart des accidents en matière d’élagage sont dus à l’utilisation d’une échelle. Ainsi, vous décidez de vous servir d’un tel outil, demandez à une tierce personne de vous assister.  Elle se chargera alors de stabiliser l’échelle le temps que vous l’utilisez. Dans ce cas de figure, l’usage de la tronçonneuse est fortement déconseillé. Les outils manuels sont à privilégier. Enfin, assurez-vous que la hauteur de l’échelle n’excède pas celle de l’arbre à élaguer pour maximum de sécurité.

La nacelle élévatrice ou la grue

Les élagueurs ont surtout recours à ce genre d’engins lorsque l’intervention est plus complexe. Il en va ainsi lorsque l’arbre à élaguer est trop imposant ou lorsqu’il est planté à proximité d’un fil électrique aérien.  Toutefois, pour garantir la sécurité de l’opérateur, il ne faudra en aucun cas faire pénétrer la nacelle dans la couronne du végétal.

La technique de grimpe dans l’arbre

Comme susmentionné, l’opérateur doit impérativement porter un EPI. Grâce à la formation qu’ils ont reçue et les années d’expertise, cet élagueur expérimenté dans le Loiret par exemple ont pu perfectionner leur technique de grimpe. Toutefois, avant d’entamer la moindre chose, il faut qu’ils vérifient si les cordes, le harnais, les descendeurs sont en bon état. Si le matériel de grimpe n’est pas fiable, ils feront usage d’un autre EPI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *