Mondial infos

À Washington, les nouvelles élues du Congrès américain secouent la politique comme la mode

Jeudi 3 janvier, la nouvelle promotion du Congrès américain prêtait serment à Washington. Parmi les élus, un nombre record de femmes, prêtes à révolutionner la classe politique. Pour célébrer comme il se doit cette nouvelle ère, chacune avait enfilé ses plus beaux atours, on ne peut plus symboliques.

Jamais le Capitole n’avait semblé aussi joyeux – et aussi diversifié. Dans un tourbillon d’acclamations et de couleurs, les nouvelles élues du Congrès américain ont secoué la très traditionnelle Chambre des représentants en prêtant serment, jeudi 3 janvier. Fers de lance du mouvement démocrate, qui est désormais majoritaire au sein du Congrès, ces femmes politiques, jeunes comme moins jeunes, parfois issues de minorité, sont le futur de la politique américaine. Comme en écho à la nouvelle énergie qui s’est emparée des lieux, les tenues de ces « Congresswomen » sont elles aussi venues secouer le siège du pouvoir législatif américain, trop longtemps habitué aux traditionnels costumes foncés de ses membres les plus éminents.

Chef de file de cette révolution féminine, l’indéboulonnable Nancy Pelosi a de nouveau retrouvé son siège de présidente de la Chambre des représentants, qu’elle avait perdu en 2010. Cette démocrate de 78 ans, qui redevient ainsi la femme la plus puissante de la politique américaine, est venue réclamer son titre dans une robe d’un rose ultra-vif qui n’a pas manqué de détoner face aux rangs bien mornes du Parti républicain. Celle qui avait rendu ses lettres de noblesse à un manteau Max Mara il y a de ça quelques semaines s’est ainsi de nouveau offert un moment stylistique mémorable.

Du côté des nouvelles élues, Rashida Tlaib et Ilhan Omar sont les premières musulmanes à entrer au Congrès aux côtés de Deb Haaland et Sharice Davids, premières Natives Américaines à être assermentées. Née en Somalie, Ilhan Omar, 36 ans, est également la première femme voilée à être élue au Congrès américain, qui pourrait grâce à elle changer son réglement afin d’autoriser le port du foulard, de la kippa ou encore du turban, jusqu’ici bannis du Capitole. À ses côtés, Rashida Tlaib, 42 ans, est venue prêter serment en dishdasha, une robe traditionnelle palestinienne, l’État d’origine de ses parents. Une tenue à la symbolique forte, qui a inspiré les internautes du monde entier. Sur Twitter, le hashtag #TweetYourThobe regroupe ainsi des centaines de photos de femmes arborant leur plus belle dishdasha.

 

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide