À la découverte de la place du CBG et ses huiles dans les variétés du cannabis

À la découverte de la place du CBG et ses huiles dans les variétés du cannabis

sante

Généralement, les plus grands effets proviennent des molécules les plus, mineures. Et c’est justement le cas du CBG qui est en réalité le « premier » cannabinoïde qui se développe dans le cannabis. Même s’il a tendance à paraître insignifiant aux yeux de plusieurs personnes, ce cannabinoïde est en fait la fondation qui a servi à la création des autres cannabinoïdes, notamment le CBD, le THC, CBN, auxquels les scientifiques et les consommateurs, de par le monde entier, accordent une grande importance.Généralement, les plus grands effets proviennent des molécules les plus, mineures. C’est la même chose avec les produits dérivés comme l’huile CBG. 

  • Découvrez le CBG : de la composition à la spécificité

Le présent article veillera à exposer le CBG et le rôle qu’il joue dans la production des autres cannabinoïdes, en prenant l’exemple d’un de ses produits, l’huile au cannabigérol premium.

Le CBG, encore connu sous l’appellation de cannabigérol, est un phytocannabinoïde. Contrairement aux endocannabinoïdes qui proviennent du corps, les phytocannabinoïdes sont produits par les plants, comme le cannabis. Ainsi, le CBG se veut un cannabinoïde non-enivrant, c’est-à-dire qu’il ne fait pas planer. En effet, les produits qui y sont dérivés, en occurrence l’huile de CBG, sont la preuve de cette caractéristique du cannabigérol. Parlant de l’huile de CBG, elle est composée justement de 5 % de cette molécule.

  • Le CBG : un cannabinoïde pas si mineur

Le cannabis, lors de sa récolte, de son séchage et de sa transformation, ne dispose généralement que des quantités infimes de CBG, notamment inférieures à 1 %. Ce qui amène plus d’uns à le considérer comme un cannabinoïde « mineur ». Cependant, le cannabigérol ou plutôt sa forme acide qui est le CBGA, comme il est dit plus haut, est le premier acide cannabinoïde produit par le plant de cannabis. C’est d’ailleurs ce qui lui vaut le qualificatif de « cellule souche » du cannabis. Dans les plants de cannabis en floraison, il est présent à une dose bien plus élevée. 

Ainsi, au fur et à mesure que ces plants deviennent remarquables en croissance, une transformation se déclenche au niveau de l’acide CBGA. En effet, ce dernier se métamorphose par le biais des enzymes en CBCA (acide cannabichroménique), THCA (acide tétrahydrocannabinolique), et bien attendu en CBDA (acide cannabidiolique).

  • Le phénomène de la décarboxylation : de l’huile CBG

À l’issue de la récolte des plants de cannabis, ils passent généralement à l’étape de séchage et de transformation. Ce processus ne peut se passer de la chaleur ou de la lumière UV ; Ce processus ne peut se passer de la chaleur ou de la lumière UV ; Ce qui permet l’obtention de plus d’une centaine de cannabinoïdes et de quelques produits dont les huiles au CBG. C’est justement ce phénomène ou processus qu’on désigne par le terme décarboxylation qui se traduit par l’élimination d’un groupe carboxyle. Par ailleurs, plus le THC ou le CBD est présent dans un plant, moins CBG y est présent; ce qui est aussi le cas avec les huiles au CBG.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *